COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY

Le négociant en vins de Loire, implanté depuis 1927 à Montreuil-Bellay, a été la cible d’un vol de grande ampleur.
Une plainte vient d’être déposée par son PDG Denis Merlaut.
65000 bouteilles de vins de Loire ont disparu des chais du négociant en vins Joseph Verdier à Montreuil-Bellay.
Un préjudice évalué à 100 000 € par Denis Merlaut, le PDG du groupe Taillan, propriétaire du négociant ligérien.
Ce vol ne fait suite à aucune effraction et a, semble-t-il, été réalisé en plusieurs transports.
« Cette disparition a nécessité des complicités internes », reconnaît le chef d’entreprise qui a déposé plainte la semaine dernière et aurait préféré « la plus grande discrétion alors que l’enquête ne fait que débuter ».

« Ce n’est pas quelques bouteilles dans une sacoche. Il a fallu des camions, des transporteurs et des receleurs. À ce stade, je n’ai que des soupçons », concède Denis Merlaut.
Le PDG du groupe bordelais Taillan - qui possède notamment les crus classés Gruaud-Larose (saint-julien), Haut-Bagès Libéral (pauillac) ou Broustet (sauternes) - est présent chaque semaine à Montreuil-Bellay « pour remonter la seule branche du groupe en perte depuis deux exercices ».
Cette affaire, qualifiée « de mauvaise pub », tombe d’autant plus mal pour l’entreprise qui compte une quarantaine de salariés.
L’importante baisse du chiffre d’affaires, environ 13M€ l’an dernier, serait notamment due à la perte d’un client important en Russie. Pour éviter un plan de licenciements, l’entreprise a eu recours au chômage technique ces deux dernières années.

COMMUNE DE BREZE

Réunion de Conseil municipal du vendredi 31 mars.

Les travaux d’aménagement du centre-bourg réalisés par l'entreprise Eurovia se termineront vers la fin du présent mois
Les deux premières tranches étant terminées, la troisième se réalisera vers septembre-octobre.
La 1re tranche va de l’église au château et la 2e du château à la rue Jeanne-Delanoue. « Cette partie est presque terminée, il reste le bitume. » L’adjoint Michel Denis en charge du dossier explique : « L’entreprise a dégrafé c’est-à-dire avant d’enlever les bordures, elle a ôté tous les enrobés sur les trottoirs. Puis elle a fait le rognage des bordures et les a reposées. Au niveau du château, l’entreprise a refait le trottoir. Il n’y aura pas de stationnement puisqu’il s’agit du CD 93 et ces travaux font suite à la loi handicap »
. La largeur des trottoirs est de 1,30 m pour une largeur de route de 5 m. « Il n’y aura pas de bande axiale, précise le maire. Pas de dos-d’âne avec une limitation de la vitesse à 50 km/h et une petite chicane pour marquer l’entrée du château. »
Il reste un mois de travaux pour arriver rue Jeanne-Delanoue et terminer au 30 avril avec l’enrobé.
Les riverains sont satisfaits car cela va être propre devant chez eux et cela va ralentir la vitesse. »
Le montant des travaux des trois tranches s’élève à 330 000 € TTC.
« Nous avons obtenu une subvention de DETR de 83 000 € puisque ces travaux s’intègrent dans la loi handicap. »